SQO
recherchez

L'orientation scolaire : les inquiétudes légitimes des parents

Actualité | 2019-09-17
SQO - semaine québécoise de l'orientation
Dans quelques mois, comme à chaque année, des centaines de jeunes québécois de 5e secondaire procéderont à leur inscription dans un établissement d’enseignement postsecondaire. Il s’agit là d’une étape cruciale pour ces jeunes qui officialisent, en quelque sortes, leur projet d’avenir. Et qu’en est-il pour les parents ? Facile d’endosser la décision de leur jeune ? Que non ! Trop souvent, on oublie que, pour eux également, il s’agit d’un moment hors de l’ordinaire, puisqu’ils doivent souvent composer avec des sentiments de toutes sortes en lien avec cette importante décision…

Ces peurs que provoque le « choix de carrière »
Au cours de la petite enfance, les parents guident et soutiennent assez aisément leur enfant à la garderie, à l’école et dans leur vie personnelle. L’enfant, bien que parfois récalcitrant, se plie la majeure partie du temps aux décisions parentales, les parents faisant figure d’autorité dans presque tous les domaines. Cependant, lorsque l’adolescence entre en jeu, il devient de plus en plus difficile d’avoir l’impression de bien accompagner les décisions du jeune, et ceci se vérifie plus que jamais lorsque vient le temps du choix de carrière. 

Départ de la maison, choix de carrière inusité, formation qui ne correspond pas aux attentes des parents, tous ces éléments et bien d’autres sont appréhendés par les parents qui veulent tout simplement le meilleur pour leur progéniture. Entrent alors en jeu des peurs bien légitimes : peur que son jeune ne trouve pas un emploi qui lui permettra de bien vivre, peur qu’il quitte le nid familial, peur qu’il fasse un « mauvais choix », peur de le « perdre »… Ces peurs provoquent de l’insécurité et parfois même une forme d’anxiété, et ce, autant chez le jeune que chez le parent.

Pour atténuer ses craintes…

  • Se rassurer : c’est normal ! D’abord, il faut savoir que ces peurs sont normales puisqu’elles sont motivées par l’amour parental. Cela veut tout simplement dire que le parent se soucie de son enfant ! Ceci dit, certains parents n’ont pas toujours conscience que ces peurs influencent beaucoup leur façon d’accompagner ou non leur jeune dans son processus d’orientation. Pour mieux comprendre la source de ces peurs, il est préférable de tenter d’en parler avec le jeune, de l’écouter, de chercher à savoir ce qui l’attire et d’explorer avec lui les domaines qui l’intéressent.
  • Explorer, explorer, explorer ! Accompagner son enfant dans son exploration est souvent très révélateur et rassurant pour le parent, qui peut ainsi découvrir ce qui attire son jeune, apprendre à mieux le connaître, explorer des domaines parfois méconnus, se rassurer quant aux programmes et à l’institution d’enseignement choisie, et parfois même venir à bout de préjugés à l’égard de certaines formations. Et il ne faut pas oublier qu’il est normal que le jeune change d’idées ! Cela fait partie d’une saine exlporation !
  • Dédramatiser ! Il est important de garder en tête que le « bon » choix ou le « mauvais » choix n’existent pas ! Peu importe le programme choisi, ce sont des expériences que le jeune utilise pour apprendre à mieux se connaître. Il n’est plus vrai aujourd’hui que l’on « choisit pour la vie ». Cette croyance peut même une grande source d’anxiété pour le jeune ET pour le parent. Au cégep, à l’université et même au travail, les possibilités se multiplient, et il faut choisir entre différentes spécialités ou perfectionnements. Ces cheminements scolaires et professionnels variés sont normaux et sains pour le développement vocationnel de tout individu.
  • Se faire confiance ! Il peut sembler plus facile de laisser cela entre les mains du jeune et de son conseiller d’orientation. Toutefois, le fait de « ne pas savoir » peut devenir encore plus anxiogène pour le parent et porter préjudice à sa relation avec son jeune. Il est préférable de participer au processus, d’autant plus qu’il existe une panoplie d’outils de toutes sortes qui permettent d’en savoir plus et qui favorisent des discussions très intéressantes entre le jeune et ses parents : salons de l’emploi et de la formation, Internet, livres et ouvrages reliés à l’information scolaire et professionnelle, portes-ouvertes des établissements d’enseignement, programmes « Étudiant d’un jour », etc. 
Évidemment, le conseiller d’orientation de l’école demeure une ressource importante pour accompagner le jeune et ses parents tout au long de cette belle aventure ! Il ne faut pas hésiter à le consulter au besoin !

Profitez des activités et ressources offertes dans le cadre de la Semaine québécoise de l'orientation 2019 !

Cette édition de la SQO vous est dédiée ! Ne manquez pas cette occasion unique pour vous outiller afin de bien accompagner vos jeunes dans leur parcours scolaire et professionel et les aider à développer leur plein potentiel !

Mireille Moisan, conseillère d’orientation


Partager sur :